24/8/06

PERPETUUM MOBILE

Nous flottons dans des draps de satin irréels,
Les limbes de nos pensées.
Consciences organiques
stationant çà et là
en mouvement constant.
Tellement qu'on se tend et qu'on se tort
dans une illusion
nous servant de temps,
on ne voit pas que tout ça
bouge
juste sous nos pas,
sous nos peaux

1 comentario:

  1. Anónimo11:22 p. m.

    La ceinture du temps, je sature!

    ResponderEliminar