24/8/06

PERPETUUM MOBILE

Nous flottons dans des draps de satin irréels,
Les limbes de nos pensées.
Consciences organiques
stationant çà et là
en mouvement constant.
Tellement qu'on se tend et qu'on se tort
dans une illusion
nous servant de temps,
on ne voit pas que tout ça
bouge
juste sous nos pas,
sous nos peaux

15/5/06

Les nuages passent comme des anges et le soleil leur dessine de chaotiques auréoles.
Dans la fraicheur de ce matin, le béton de cette ville ne paraissait plus si gris.
On traque ce mysterieux halo qui flotte dans l'infini: notre destin. Là haut, l'echo calme et lumineux s'ennivre fixe d'exister.
S'échapper des sons mais aussi des couleurs, des tons pendant que le temps soupire et pénetre nos tissus; "l'Inspiration, elle est dans l'froc et dans l'poumon!!"
@@@@@@@@@@@@--NOOCYCLOTONIC STARTER--@@@@@@@@@@@@

Wir haben alle fremd gewar, in der Traumstadt!!

La Tour Posted by Picasa
just underneath the skin Posted by Picasa

8/4/06

ZIGMUND, TU POURRAIS M'ECOUTER QUAND J'TE PARLE!

Un matin, Zigmund Freud rêvassait seul dans son lit, livrés à ses propres fantasmes sales. Zigmund Freud se masturbait lui aussi. Il était humain parmi les humains, sexué parmi les sexués.
Il il cherchait et parfois même trouvait dans la tete de ses patients une miryade de désirs impatients: "parlez donc mon cher frustré refoulé, que j'oie une bonne fois vos tristes choses"
Pensaient-ils lui et ses collegues spécialistes, que les mots et riens que les mots résoudraient ce que nos beaux cerveaux indisciplinés ne parvenaient pas à soigner eux-mêmes.
Rêve fou que voilà qu'il serait surement vain d'interpreter .

31/3/06

Le vent balaie les principes et les determinations.
Le mouvement stagnant des nuages fondus l'un dans l'autre, en couvercle froid et humide au dessus de cette ville que j'aime tant, meme enfermé chez moi.
On ne devrait pas attendre d'une femme ce que personne ne peut nous donner.
On oublie qui on est et ce qu'on fait là .Ou alors on ne l'a jamais su.
On attend , on éspère alors qu'un monde alentour ne deviens déja plus qu'un fantome; ou alors c'est moi le fantome tout dégoulinant d'ectoplasme.
dans quelques instant il fera beau ...

23/3/06

Les rues de bruxelles crachent des bulles
Des bonnes , des belles , des bombonnes de bonnes bieres!
Et derriere ce néant qui m'accule
la beance des brumes de ma brune;
que celle au sabre inattendu
brise encor mes visceres inertes et nues

9/1/06